Affreux et enragés

L'industrie du textile est l’une des plus émettrices de gaz à effets de serre au monde. Il y a un problème avec la manière dont nos fringues sont produites, alors que… 68 % de notre garde-robe n'a pas été portée pendant les 12 derniers mois.


Climax
 
La newsletter plus chaude que le climat
Climax Vol. 42
Tout d'abord…
Des lendemains qui gueulent
 
De toutes les émotions, la colère est celle qui déchaîne le plus nos ancêtres. Pour Sénèque, elle est un vice qui accable le genre humain, une « passion affreuse et enragée » qu'il faudrait « extirper » de l'âme. La colère, nous dit-il du haut de sa togeest « sourde aux conseils et à la raison, incapable de discerner le juste et le vrai ». Elle serait une émotion funeste à bannir à tout jamais, une tisane verveine et au lit. Mais si, au contraire, on faisait l'éloge de la colère ? Si on écoutait plutôt les adeptes d'Aristote ? Eux nous le disent sans détour : « on ne triomphe de rien sans elle, si elle ne remplit l'âme, si elle n'échauffe le cœur ; elle doit donc nous servir, non comme chef, mais comme soldat. ».
 
Parfois donc, n'en déplaise à Sénèque, il est utile d'être vénère. Et alors que le GIEC vient tout juste de publier le dernier volet de son 6e rapport sur la crise climatique, on ne peut que s'attendre à un silence médiatique tout aussi assourdissant que pour les précédents. Pourtant cette fois encore, ses conclusions sont implacables. Elles nous disent très clairement que l'objectif des 1,5 °C est intenable sans des mesures immédiates et radicales pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, et ce dans tous les secteurs. Face à la mollesse des dirigeants, les scientifiques ont donc décidé d'envoyer valser les appels au calme et de se rebiffer. Sous la bannière de Scientist Rebellion, ils appellent à faire acte de désobéissance civile pour secouer le monde universitaire, et enfin rendre la crise climatique « impossible à ignorer ».
 
Car ce que la colère nous dit, au fond, c'est qu'il faut encore croire en la possibilité de faire changer les choses. Plus qu'un vice enragé, elle est un vestige d'espoir essentiel par temps de tempête. Un souffle qui « ne recule devant rien »… Alors, prêts à en découdre ?
 
Cette semaine, des articles affreux et enragés sur :
  • Volvic et son flot de bobards
  • Le « Reaverse » et les « cryptobees » de Guerlain
  • 5 mesures écologiques applicables dès maintenant
  • Un dernier coup de grisou pour l'or noir de Lorraine
Cette semaine, on vous souhaite beaucoup de courage (et de colère !). 
Si vous avez apprécié cette édition, n'hésitez pas à la transférer ou à parler de Climax autour de vous. Et vous pouvez aussi nous écrire pour papoter de tout et de rien (on est là). Bonne lecture à toutes et tous 🧡