Douche froide

Sur le papier, la géo-ingénierie est séduisante : grâce à notre intelligence et notre ingéniosité technique, nous pourrions corriger le changement climatique, changer la façon dont la Terre se comporte malgré notre appétit insatiable en ressources énergétiques…

Climax
 
La newsletter plus chaude que le climat
Climax Vol. 11
Tout d'abord…
La faute aux sénateurs !
 
Finito ! Le fameux référendum sur l'inscription de la protection du climat dans la Constitution (qu’Emmanuel Macron nous avait pourtant promis mordicus) n'aura pas lieuJean Castex a officiellement enterré le projet, et devinez quoi, même les Américains se moquent de nous ! Du côté du gouvernement, mais également des députés LREM, l’occasion était trop belle pour ne pas rejeter la faute en masse sur les sénateurs, qui ont refusé « la main tendue » et qui sont responsables de sacrifier « l’urgence climatique sur l’autel d’intérêts partisans et politiciens »… De son côté, Barbara Pompili est encore plus virulente, expliquant que les sénateurs sont « des climato-inactifs » et des « climato-résignés », se comportant comme des « climato-sceptiques »… BIM !
 
Bref, un revers de plus pour notre champion de la Terre, qui nous donne l'occasion de ressortir les propos d’Édouard Philippe à l’époque de la démission de Nicolas Hulot, rappelant qu'« accessoirement, le Président de la République n’avait pas le programme du plus grand écologiste de la Terre. »… On avait compris !