Encore un effort

Qu'on se le dise : les grands médias n'ont jamais été franchement fadas de climat. Et si l'on s'accorde volontiers pour déclarer tout feu tout flamme qu'il s'agit du « sujet le plus important du monde », la crise climatique fait rarement les choux gras du 13 heures de TF1…


Climax
 
La newsletter plus chaude que le climat
Climax Vol. 05
Tout d'abord…
La même chose en vert, s'il vous plaît !
 
C’est sans aucun doute la grande opération de greenwashing, pardon, de rebranding de la semaine : Total devient TotalEnergies (comme c'est original). Un changement de nom accompagné de quelques punchlines bien senties du boss Patrick Pouyanné himself, que ce soit dans la presse ou durant l’AG des actionnaires ce vendredi : « Total a les moyens et la taille pour pleinement jouer son rôle dans la révolution énergétique en cours », « Nous serons dans le Top 5 mondial des supermajors de l'énergie verte » ou encore l’inspirant « avoir une vision c’est bien, mais agir, c’est mieux ». Derrière ces annonces choc et ce coup de peinture, il semblerait surtout que le géant du pétrole fasse encore et toujours ce qui lui plaît – comme, au hasard, verser des dividendes à tour de bras. Et peu importe le dernier rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie, recommandant de ne plus investir dans de nouvelles installations pétrolières ou gazières, l'ami Patoche estime de son côté que ce n'est « pas pour tout de suite », fustigeant par la même occasion les critiques : « la mauvaise foi de certains me laisse pantois. On se croirait revenu sous l’Inquisition. ». L'Inquisition, évidemment.

Une lueur d’espoir jaillit cependant au bout du tunnel : les américains ExxonMobil et Chevron ont été épinglés par leurs actionnaires, et Shell se voit contraint par la justice néerlandaise de respecter ses engagements environnementaux à la lettre. Et Total, c'est pour bientôt ?