L'effet wahou

On se demande rarement comment les innombrables objets que l'on consomme au quotidien se retrouvent chez nous, qui les a produits, avec quelles ressources et avec quelles émissions de CO2, et où ils finiront (ou leurs emballages) une fois qu'on les aura consommés, parfois en quelques minutes…

 
Climax
 
La newsletter plus chaude que le climat
Climax Vol. 20
Tout d'abord…
La belle affaire !
 
Les victoires sont rares, alors célébrons-les comme il se doit ! Jeudi dernier, le tribunal administratif de Paris a condamné le gouvernement français à « réparer le préjudice écologique » dont il est responsable dans le cadre de l'Affaire du siècle. Une nouvelle qui a fait le tour du monde et qui fait suite à un long combat citoyen : trois ans de bataille, une pétition de 2,3 millions de signatures et 4 ONG aux manettes (Greenpeace, Oxfam, Notre Affaire à Tous et la Fondation Nicolas Hulot). Avec, en guise d'ultimatum, un horizon très proche (pour changer !) : celui du 31 décembre 2022, date à laquelle l'État est dans l'obligation de compenser le dépassement d’émissions de gaz à effet de serre constaté entre 2015 et 2018 (sous Hollande, donc). Une décision historique qui n'a – bizarrement – pas suscité un émoi retentissant du côté du ministère de l'Écologie, qui avait visiblement d'autres chats à fouetter… Bah alors ?
 
Et comme les bonnes nouvelles volent en escadrille, en voici une deuxième : dans une autre décision historique, La Banque postale s'est quant à elle engagée à liquider tous ses actifs liés aux énergies fossiles. En d'autres termes : finito le gaz, le charbon et le pétrole d'ici 2030. Ça avance ! Bouquet final : Climax a reçu le prix média émergent à Médias en Seine mardi dernier, et ça, ça vaut tout le pétrole du monde !
 
Et en attendant de sabrer le champagne, on vous propose, au sommaire de cette newsletter :
  • un grand plongeon vers 2030
  • une réflexion sur nos objets du quotidien
  • une étude du plan d'électricité propre aux États-Unis
  • et du grand n'importe quoi en Arabie saoudite…
     
Bonne lecture et à mardi prochain (entre-temps, on est toujours ouverts à la discussion par retour de mail) !