One more time

Le climat est devenu un sujet majeur pour vous et votre famille, vos amis et vos collègues vous ont élevé au rang de porte-parole du vélo et de la courgette bio. Cette situation vous oblige à dégainer moult arguments pour faire comprendre l’urgence et convaincre…


Climax
 
La newsletter plus chaude que le climat
Climax Vol. 45
Tout d'abord…
Tous en jet !
 
Ce matin, pas trop l'envie ni la flamme de vous infliger nos analyses sur « la France divisée » ou « l'abstention, premier parti de France », au lieu de ça on va tâcher de parler carlingues, bagnoles, et gros avions. C'est parti !
 
Si après son escapade électorale en jet (et les memes savoureux qui en ont suivi), Jean Castex a dû, pour le second tour, troquer le Falcon contre un modeste vol commercial, il nous a surtout donné l'envie de nous lancer dans une folle quête, celle de savoir : et les autres Castex de ce monde, ils font comment ?
 
À brûle-pourpoint, les conclusions de l'enquête livrées ici en vrac : au pays de la démesure, d'abord, le président des Etats-Unis voyage toujours non pas avec un, mais DEUX avions. Des avions abritant eux-mêmes la voiture du président, « The Beast », énorme tank sans lequel il ne se déplace jamais. Voilà donc pour Amtrack Joe, l'amoureux du rail (et du kérosène, du coup). Chez Poutine, l'avion se prend toujours avec un supplément or et marbre tandis que Boris Johnson n'a quant à lui pas hésité pas à sortir le million pour repeindre son « Brexit Jet » aux couleurs de l'Union Jack. Or le hic avec cette passion des puissants pour les gros bolides, c'est qu'un voyage en jet d’Etat émettrait, en moyenne, 150 fois plus qu’un voyage en train. De quoi s'inspirer des Pays-Bas, où le Premier ministre se balade quant à lui toujours à bicyclette (et pourtant, il est de droite !)… Alors Castex, à quand le short de cycliste ?
 
Pour finir chez nous, on se rappellera d'Edouard Philippe et de son vol Paris-Tokyo à 350 000 euros, mais aussi des tacles reçus par François Hollande lorsqu'il avait opté pour le Thalys plutôt que l'avion en 2012… Un choix qu'on qualifiait alors, sans broncher, de « pas très professionnel »
 
Voilà donc pour les carlingues, pour l'analyse politique, on verra plus tard !
 
Et puisque les newsletters ne poussent pas comme des salades, cette semaine, on arrose :
  • La SNCF, meilleure amie de la planète
  • Joe Manchin, le sénateur pro-grisou made in USA
  • Une toute nouvelle rubrique pour rentrer dans le lard de tous ceux qui oseront se dresser sur votre route
  • La BD sortie il y a 50 ans qui va nous faire tout envoyer valser.
 
Comme d'hab', pour nous écrire, prendre un lait fraise et papoter on est là. D'ici là profitez du muguet et gardez votre courage 🧡