Tous au aguets

Cheeseburger dégoulinant, amour inconditionnel pour la fast-fashion, passion inavouée pour le karting, addiction à la livraison à domicile… Nous avons toutes et tous des plaisirs coupables qui ne sont pas franchement compatibles avec notre engagement pour le climat…

 
Climax
 
La newsletter plus chaude que le climat
Climax Vol. 14
Tout d'abord…
Merci <3
 
Annonces grandiloquentes, déclarations choc et autres promesses pompeuses sont au programme du congrès de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) qui a lieu en ce moment même à Marseille. En effet, il semblerait que ce grand barouf pour la biodiversité (sponsorisé par – entre autres – Nutella) ait été pris d’assaut par nos chers politiques, qui ont mis un point d’honneur à prouver qu’ils sont extrêmement conscients du danger de l’érosion de la biodiversité et de la catastrophe écologique, et qu’ils sont prêts à agir (mais quand, du coup ?). À côté des proclamations guerrières de ses ministres (« le combat contre l’érosion de la biodiversité, ça doit être le combat de tous », « Cessons les oppositions stériles, avançons ensemble »), Emmanuel Macron s’est montré plus réservé mais toujours très à l'aise en matière de punchlines approximatives (« Nous devons bâtir de nouvelles méthodologies, éveiller les consciences, tracer une planification commune »), annonçant également la tenue prochaine d’un One Ocean Summit (en anglais dans le texte). Autre star du congrès : l’acteur américain Harrison Ford, visiblement ravi de passer quelques jours dans le Sud de la France, qui a pris le micro le temps d’un discours combatif bourré d'injonctions belliqueuses (« It’s not alright ! Damn it, it’s not alright ! »). Si c’est Indiana Jones lui-même qui le dit !

Et on en profite pour vous remercier d’avoir été nombreux à participer à notre petit questionnaire de la semaine dernière (les retardataires, allez faire un tour ici). Nous avons lu chacun de vos retours avec le plus grand soin, et, tout d’abord, on va être très honnêtes : on a vraiment été super touchés par autant de messages de soutien, de retours positifs et d’encouragements. Ça fait chaud au cœur ! Nous prenons également tous vos questionnements très au sérieux, que ce soit au sujet de notre ligne éditoriale, notre fréquence de parution, et la densité du contenu (pour 50% d'entre vous trop long, et pour les autres 50%, trop court !) Bref, pas facile de faire plaisir à tout le monde, mais on y travaille ! Et vos suggestions sont aussi nombreuses que pertinentes : publier des dossiers didactiques, expliquer certains concepts scientifiques avec notre touche espiègle, mener des interviews (dans le cadre d’un podcast qui accompagnerait la newsletter, par exemple), rajouter quelques infos et articles plus positifs, ou encore… embaucher Jean-Baptiste Djebbari en tant que redac’ chef (si si !). Une chose est certaine : nous allons continuer à faire évoluer la newsletter petit à petit, pour être sûrs de vous proposer le meilleur contenu possible toutes les semaines !