top of page

Climatoscepticisme, une part de certitude…

Du 7 au 16 novembre 2022, une publicité pour un livre sur la question climatique a été massivement diffusée dans les gares de la RATP et de la SNCF. Bonne nouvelle ? Pas vraiment : son auteur est climatosceptique.

Accrochez vos ceintures, nous partons aux éditions de l’Artilleur, qui vient d’accoucher de la version française du livre Climat, la part d’incertitude de Steve E. Koonin, un mille-feuille goût climatoscepticisme dans lequel l'auteur remet en cause les conclusions du GIEC, la responsabilité de l'humain et carrément la gravité du dérèglement climatique. Faut pas moins !


Fraîchement imprimé dans la langue de Molière, le livre a naturellement trouvé portes ouvertes chez les médias complotistes, mais aussi CNews, Valeurs actuelleset même Le Figaro (sérieusement chers collègues ?) ! Le CV de son auteur, Steve E. Koonin, y est présenté sous son meilleur jour : ancien sous-secrétaire aux sciences au département de l’Énergie de l’administration Obama entre 2009 et 2011. Bizarrement, une autre partie de sa biographie passe à la trappe : par exemple, celle où il a participé au recrutement des scientifiques pour mener un examen contradictoire au consensus scientifique sur le changement climatique au sein de l’administration Trump, en 2019. Entre 2004 et 2009, il était même chargé de guider la stratégie technologique sur les énergies renouvelables et alternatives pour… le pétrolier BP. Pris les paluches dans le goudron, au sens propre du terme !


Double discours chez Médiatransports


Les éditions de l’Artilleur – qui font partie des éditions du Toucan, filiale du groupe TF1 jusqu’en 2010veulent tellement contrer la « bien-pensance » qu'elles flirtent parfois avec le complotisme. Un rapide tour dans son catalogue confirme l'opinion de la maison sur le travail des scientifiques. Extrait non exhaustif : Les douze mensonges du GIEC. La religion écologiste 2 ; Apocalypse zéro. Pourquoi la fin du monde n’est pas pour demain ; La religion écologiste. Climat, CO2, hydrogène : la réalité et la fiction ; Le CO2 est bon pour la planète…


Comment Médiatransports, la régie publicitaire qui a livré ses usagers en pâture aux propos du climatosceptique, justifie-t-elle une telle démarche ? « On est dans la liberté d’expression » ont-ils répondu à nos collègues du Huff Post. Sauf que « l’expression » de l’auteur s’appuie sur des faits… invalides scientifiquement. De vrais climatologues – l'auteur, lui, est physicien – ont rapporté que son raisonnement, publié en avril 2021, se basait sur un rapport du GIEC de 2013. À l’époque, on ne pouvait pas encore affirmer tout ce qu’on sait aujourd’hui. Mais depuis, le consensus scientifique est devenu clair comme de l’eau de roche : l’activité humaine est responsable du dérèglement climatique en cours. Point barre.

Pourquoi la régie publicitaire de la RATP est-elle tombée si bas, elle qui, il y a six mois, soutenait l’association Pour un réveil écologique afin d’afficher le rapport du GIEC dans le métro parisien et les gares de France. « On n’est pas du tout dans le même registre » nous a-t-on répondu chez Médiatransports, « quand on vend de la pub pour des baskets, on ne juge pas si ce sont de bonnes chaussures ou pas ». Okay, mais quid de vos engagements contre le changement climatique ? Savates et climat, même combat, c'est ça ?

Commenti


bottom of page